Viols-et-espoir

Viols-et-espoir

Le savoir

    Je ne suis pas une fanatique des "dates anniversaires". À vrai dire, ça n'est pas une question que je veuille les éradiquer de ma vie, c'est simplement que je n'ai pas de mémoire des dates. Je suis incapable de savoir depuis combien de temps je suis avec mon homme par exemple, tout comme je ne sais pas quand j'ai été violée précisément.

En fait, il n'y a que pour le premier viol que je sache puisque c'était 10 jours avant mon anniversaire. Donc forcément, c'est plus simple pour se souvenir. Ça n'est pas pour autant que je l'associe à mon anniversaire. En fait, je me suis rendu compte que tous les ans j'ai ma "sale période" qui se situe au alentour de septembre/octobre.
C'est le moment ou j'ai l'impression de devenir acariâtre, de ne plus rien aimer, que tout et tout le monde m'énerve. Mais surtout, je n'arrive plus à dormir. Mes nuits sont pourries de cauchemars.

Les dernières années, je revoyais en boucle le premier viol. Avec cette obsession du mur en béton s'incrustant dans mon visage. Cette foutu chaise sur laquelle il m'avait obligée à m'asseoir pour que ma bouche soit "à la bonne hauteur"... Mais cette année, ça y est, je suis débarrassée de ce viol là. Maintenant, je suis passé au suivant. Enfin, en vérité j'en ai mis un de côté (pour plus tard ?) : la tournante. Mes cauchemars sont passé directement au 3ème.

 

Mon ex.
Rien que d'écrire cela, ça me déchire les entrailles. "Mon" comme si quoi que se soit en lui m'ait un jour appartenu. Et puis est-ce qu'un homme qui vous a fait vivre l'horreur mérite encore d'être considéré comme un "ex" c'est à dire la suite de "l'amoureux aimant" ?
En fait, il est Gros Con et puis c'est tout. Rien d'autre.
J'aimerais qu'il sorte entièrement de ma vie. Qu'il n'existe plus nul part. Mais ça n'est pas possible. Quand bien même il serait mort, ma mémoire le garderait toujours vivant. Alors maintenant, après m'avoir gâchée une partie de mon âme, il vient me détruire mes nuits.

 

J'ai peur. Tellement peur... Même hors période noire comme maintenant, j'ai toujours eu une appréhension à dormir avec mes hommes. Toujours cette peur, qui me fait honte, que eux aussi s'allongent sur moi en pleine nuit en me serrant la gorge en disant : "Je vais te marquer comme un chien te pisserait dessus !". Oui, il m'a marqué à vie cette enflure. Parce que déjà, être violée par un parfait inconnu demande un travail par rapport aux hommes par la suite. Là quand il s'agit de l'homme qui vous aime, tout votre rapport aux futurs hommes aimant va être sali.
Il a l'air gentil. Il ne me fera surement pas la même chose. Mais qu'est ce que j'en sais... Aucune femme violée par son conjoint le savait en se mettant avec lui. Il n'y a aucun signe qui vous dit quand vous tombez amoureuse : attention, cet homme va faire tout pour tuer ce qui existe en toi.

Considérer l'homme que l'on aime comme un potentiel violeur est particulièrement culpabilisant. Même si c'est une pensée furtive...

 

Alors maintenant, j'ai peur, je me sens mal, j'imagine des choses. Je n'ose même pas envisager de faire l'amour avec qui que se soit. D'ailleurs "faire l'amour"... Que c'est drôle d'associer une expression aussi jolie avec l'image que j'en ai en ce moment. J'ai l'impression que quoi que je puisse faire, quoi qu'il puisse se passer, ça sera obligatoirement douloureux. Obligatoirement dégueulasse. Obligatoirement humiliant. Je suis incapable de concevoir la notion d'amour. Le simple "je veux te montrer que je t'aime". Cela me paraît tellement absurde.
Je suis hermétique à toutes marques d'amour.

Je ne sais même pas ce que je veux. J'ai l'impression de vouloir plein de choses et la seconde d'après, plus rien. Je voudrais mourir et vivre en même temps. J'aimerais simplement avoir la sensation d'avoir une vie normale.

 

Je ne veux plus savoir ce que c'est le regard haineux d'un homme. Je ne veux plus savoir ce que c'est de se voir mourir littéralement avec les mains d'un homme autour du cou. Je ne veux plus savoir ce que c'est que d'entendre : "Je te laisse. J'en ai marre de baiser un cadavre.". Je ne veux plus savoir ce que c'est d'avoir l'impression de ciseaux qui vous découpe le corps en deux à partir du vagin...

Je veux être enfin sereine.

 

Capture d’écran 2014-09-11 à 21.03.38.png



11/09/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres