Viols-et-espoir

Viols-et-espoir

L'âge de mon corps.

    Je viens de prendre conscience qu'il n'y a pas que mon "cerveau" qui soit en décalage avec mon corps. Il y a aussi mon âge réel et l'âge de mon corps...

Mon corps est devenu celui d'une femme, mais à mes yeux, il n'a jamais changé. Il est resté le corps qui a été tripoté quand j'avais 7 ans. J'ai perçu quelque peu son changement quand j'ai commencé à avoir ces seins vulgaires et énormes qui plombaient ma démarche et me pétaient le dos. Un "D" sur une nana de 17 ans qui s'habille encore en 14 ans, ça se repère à 20 bornes. Puis peu à peu, j'ai commencé à me faire à ces obus sur mon petit corps... Et là, "l'autre" a débarqué dans ma vie pour me montrer ce que c'était que la violence à l'état pur. Boulimie puis anorexie. Adieu les obus... Pas eu le temps d'intégrer complètement cette vision de "femme" naissante.

Alors maintenant, comme n'importe quel enfant, j'ai besoin de montrer ce que je suis pour que cela prenne vie dans les yeux de quelqu'un. J'ai besoin d'avoir les mains d'un homme sur mes seins pour me dire qu'ils sont bien là, et qu'ils sont quelque chose de physiquement et esthétiquement attirant pour une grande personne. Ils existent pour de vrai ! Mais dès que les mains les quittent, ils re-disparaissent à mes yeux. Ils ne sont plus qu'une espèce de vague tas de chair qui ne ressemblent à rien de bien précis.
Tout acte "adulte" fait avec mon corps devient une source d'angoisse. Angoisse de performance... Suis-je assez bien ? Comment ce pauvre homme peut-il faire pour réussir à prendre son pied avec "ça" ?? Au moins, avec de l'argent, la question ne se posait pas. On me payait pour un acte, pas pour un résultat...
Alors qu'avec un homme qui vous donne lui même du plaisir, l'impression d'être une  "marchandise avariée" qui ne sert pas à grand chose plane au dessus de ma tête. Et s'il s'ennuyait ? Et s'il rentrait chez lui en se disant qu'il a perdu son temps ? Et s'il était tellement frustré qu'il soit obligé de coucher avec une autre pour compenser "cette pauvre fille qui ne servait à rien" ?

Je ne comprends pas comment l'on peut apprécier ce corps que je déteste... Comment peut-on trouver beau ce tas de viande qui ne se tient même pas correctement ? Je ne serais jamais parfaite car, je ne sais même pas, ce que je serais susceptible de considérer comme parfait... L'idée de faire 50 kilos m'obsède littéralement. Mais je ne suis pas suffisamment conne pour ne pas savoir que si je les atteint, cela ne changera rien à tous les défauts que je vois sur ce corps de malheur...
En ce moment j'ai maigris... Et pourtant je me sens si grosse, si encombrante. Ce ventre dégueulasse qui me sort par les trous de nez... J'aimerais tellement me taper un trip à la Virginie Despante dans l'un de ses livres ou la nana se découpe le ventre au couteau de cuisine ! Comme cela, se serait enfin lui qui souffrirait et non moi. Le faire payer une bonne fois, pour toute les horreurs qu'il m'a faites subir.

J'ai une telle haine envers ce corps sans âge et sans repère qui ne tolère de fermer sa gueule que lorsqu'il est soudé au corps d'un homme...

 

Capture d’écran 2014-07-10 à 21.04.57.png



10/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres